Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'univers d'un poète
  • L'univers d'un poète
  • : Il y a deux choses ici-bas qui ont fait couler plus de larmes que les guerres n'ont fait couler de sang, ce sont les mensonges et les promesses que l'on ne respecte pas...
  • Contact

Pour aider

Pour ceux qui désire agir...

 

Il existe 1000 façons d'agir

- Faire un don

- Mettre un lien

- En parler

- Etc...

 

Les maladies rares

 

 

(Il existe d'autres adresses)

http://www.alliance-maladies-rares.org/article.php3?id_rubrique=219&id_article=87

 

 

 

 

Recherche

L'univers d'un poète...

Vous mes ami(e)s fidèles

Bien que virtuels

Souvent sans âge

Et sans visage

   

Qu'importe que vous soyez virtuels

Pour moi vous êtes bien réels

Et vous êtes précieux

A mes yeux

 

  Vous êtes présent à toute heure

Il me suffit d'allumer mon ordinateur

Pour vous retrouver

Publier, converser et partager

   

Je prends tant de plaisir

A vous lire

Que bien souvent

J'en oublie mes tourments

   

Et quand il m'arrive un malheur

Vous me réchauffez le cœur

Et me tendez la main

Pour tentez d'apaiser mon chagrin

  

Vous êtes comme un rayon de soleil

Comme un arc-en-ciel

Et vos mots chaleureux

Me rendent heureux

 

C'est pourquoi j'aimerais en ce jour

Vous rendre hommage à mon tour

Et vous dire combien vous comptez

Et combien vous m'avez manqués…

Peter Pan...

 

 

 

CE PETIT BOUT D'CHOU VOUS INTERDIT DE QUITTER CE BLOG SANS Y LAISSER UNE TRACE DE VOTRE PASSAGE...

 

Archives

AIDEZ FABRICE !

AIDEZ FABRICE !

Fabrice est un petit garçon de 6 ans atteint d'une maladie rare, la leucodystrophie...

Aujourd'hui, il existe une lueur d'espoir pour ce petit garçon et sa famille, de nouveaux essais clinique sont en cours...

MAIS APPAREMMENT, CETTE CHANCE LUI EST POUR L'INSTANT REFUSE SOUS PRETEXTE QU'IL SERAIT TROP VIEUX DE 4 MOIS !!!

Son père à lancé une pétition, je vous serais reconnaissant de prendre 2 minutes de votre temps pour cliquer sur le lien ci-dessous afin de signer cette pétition...

Parlez-en, mettez un article sur votre blog, contactez vos ami(e)s, etc... 

 

AIDEZ NE COUTE RIEN !

 

www.elfe-asso.fr 
 

Merci du fond du coeur à tous et à toutes...

Peter Pan...

26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 22:03



Tous les soirs

Je lève les yeux

Vers le ciel

Le cœur plein d’espoir

D’y trouver un point lumineux

Au goût de miel

 

Je cherche l’étoile

Où tu te caches

Mais l’univers est infini

Sur cette gigantesque toile

Comment trouver une tache

De la taille d’une fourmi

 

Elles sont en si grands nombres

Comment trouver la trace

De ta nouvelle maison

Une infime lumière dans l’ombre

Au milieu de l’espace

Il me faudrait des années par millions

 

Mais j’ai tellement froid

Comme si tu avais emporté le soleil

Je vis ma vie sans couleur

J’ai tant besoin de toi

Rien n’est plus pareil

L’hiver est devenu ma demeure

 

Et puis je me demande pourquoi

Te chercher dans l’univers

Alors que je peux trouver

Des petits bouts de toi

Partout ici sur terre

Il me suffit d’imaginer

 

Le sel et l’amertume de mes larmes

Me rappelle l’écume de la mer

De nos vacances en Italie

Ton sourire chaleureux et ton charme

La chaleur du désert

De notre séjour en Tunisie

 

Les jours de pluie

Je me sens transporté

Au chute du Niagara

Dans les yeux d’Anthony

Mon enfance à tes côtés

Quand tu me serrais dans tes bras


Quand je regarde la télé

Nos séances de cinéma

Quand je regarde par la fenêtre

Les jours où j’attendais ton arrivée

Et si je regarde bien autour de moi

Je pourrais presque te voir apparaître

 

Alors soudain j’ai compris

Je te cherchais à la mauvaise place

Tu n’es pas autour moi

Ni même dans l’espace ou l’infini

En fait tu n’as jamais changé de place

Tu es encore toujours en moi…

 

Peter Pan...

 

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 22:36




 

Sans aucune raison particulière

Je me suis allongé les yeux grands ouverts

Sur l’herbe encore humide par la rosée du matin

Avec pour seule compagne mon chagrin

 

Le jour va bientôt se lever

La lune et les étoiles vont retourner se coucher

Comme pour laisser au soleil

Le commandement absolu du ciel

 

Tout là-bas à l’horizon

Je vois déjà pointé ses rayons

Et au fil des heures

Il continuera son ascension vers les hauteurs

 

Puis de sa lumière

Il illuminera la terre

Et de sa chaleur

Il réchauffera nos demeures

 

Peut-être fera-t-il même apparaître un arc-en-ciel

Comme un pont entre la terre et le ciel

Qui remplira chacun de nos cœurs

D’un grand bonheur

 

Après avoir accomplie son devoir

Il ira illuminer et réchauffer d’autres lieux

Et pour qu’il ne fasse pas nuit noire

La lune et les étoiles réapparaitront dans les cieux

 

Es-ce de la magie

Ou le miracle de la vie

Ou tout simplement logique

Comme le prétendent les scientifiques

 

Peu importe les raisons

De ce merveilleux mécanisme de précisions

Puisque son utilité ne fait aucun doute

Mais quel est l’utilité de ma route

 

Chaque chose dans l’univers

A sa place et sa raison d’être

Mais depuis que j’ai perdu mes points de repères

Je ne trouve plus ni ma place ni ma raison d’être



 Peter Pan...

 

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 11:26





Je couche des mots sur du papier
Et mon coeur me sert d'encrier
ça fait du bien parfois
ça fait mal aussi quelques fois

Changer de peau
Pour trouver les mots
Se poser des questions
Pour trouver des solutions

Chercher la vérité
Avec sincérité
De ce qui se cache au plus profond de soi
Pour retrouver la foi (sa voix)

Accepter les réponses
Même si les réponses
Ne sont pas souvent
Celles que l'on attend

Ecrire avec sentiments
Ce que l'on ressent
Pour combattre ses maux
Avec des mots

Pour pouvoir les nommer
Les identifier et les affronter
Il est plus facile d'être sage
Quand l'ennemie a un visage

Plus facile est le naufrage
Quand on en connaît les raisons et l'équipage
Quand on connaît la provenance
De sa souffrance

Alors je couche mon coeur sur du papier
Pour me vider, me libérer et partager
Et quand je me met à pleurer
C'est que mon coeur bat sur le papier...

Peter Pan...


 

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 14:03



Un jour au détour d'un chemin
J'ai rencontré une femme blessée
Je lui ai tendu la main
Afin de la soulager

Sa vie était sombre comme la nuit
Elle avait peur et beaucoup d'ennuies
Elle était battue
En fuite, seule et perdue

Elle en avait assez
De servir de bouclier
A ses deux bébés
Alors elle l'a quittée

Je n'ai fait que l'aider
A vous donner un foyer
A vous aimer
Et à retrouver sa dignité

Je me suis retrouvé
Au banc des accusés
Et sans même me juger
Tu m'as condamné

Comme un voleur
Comme un usurpateur
Tu m'as fait la guerre pendant des années
Mais je t'ai toujours pardonnée

Je savais qu'un jour tu connaitrais la vérité
Et que ce jour-là
Tu comprendrais que je suis de ton côté
Et qu'enfin tu m'acquitteras

Le jour où je vous ai conduit à l'hôpital
J'avais si peur et si mal
Et pourtant je me sentais enfin libérer
Car je savais que ce jour était arrivé

Toi qui ne croyais pas en moi
Qui n'éprouvais que de la haine pour moi
Qu'aurais-je pu faire ou dire
Pour te prévenir

Dans la vie il arrive parfois
Que l'on ne croit que ce que l'on voit
Mais le prix à payer
Est souvent très élevé

Mon enfant, mon amour
Je t'aime depuis toujours
Je t'ai donné mes plus beaux jours
Et tout ce qu'il me restait d'amour

Si tu savais ce qu'il faut d'obscurité
Pour un instant de lumière
Ce qu'il faut sacrifier
Pour que soit entendu une prière

Ce qu'il faut de patience
Pour reconstruire la confiance
Ce qu'il faut de force et d'amour
Pour ne pas vous abandonner à mon tour

Combien de naufrages
Devant tant de difficultés
Combien il faut atteindre de rivages
Pour voir enfin un rêve se réalisé

Combien de rêves brisés
Pour suivre un chemin
Combien il faut abandonné
Pour accomplir un destin

Combien de coups il faut recevoir
Pour enfin pouvoir se défendre
Combien il faut de désespoir
Pour enfin comprendre

Je ne peux changer le passé
Et je ne pourrai jamais te donner
Ni mon nom, ni mon sang
Mais es-ce si important ?

Combien te faudrait-il de mon sang
Pour être vraiment mon enfant ?
Ne l'es-tu pas depuis longtemps
Que changerait quelques gouttes de sang ?

Et serais-tu différente
Si tu portais mon nom ?
Ces quelques lettres ne sont pas si importantes
Puisqu'en te mariant tu changeras ton nom

Tu es déjà comme moi
C'est à si méprendre
Et ça, aucune loi
Ne pourra jamais nous le reprendre

Je me suis plier à toutes les lois
Aussi absurdes soient-elles
Qui ont souvent fait de moi
Un polichinelle

Les seules lois que je n'ai pas respecter
Etaient toujours pour vous protéger
Et si parfois on a risqué la prison
C'était pour de bonnes raisons

Alors si l'on veut m'accuser
Que se soit d'avoir trop aimé
D'avoir tout donné et tout sacrifié
Sans jamais rien demander...


Peter Pan...


Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 10:26



Il est né au mauvais jour

A la mauvaise place

Il a vu le jour

Dans la ruelle d'en face

 

Sa mère est morte

En lui donnant la vie

Mais qu'importe

Puisque personne ne s'en souci

 

C'était un enfant

Parmi des milliers

Tout simplement inexistant

Un enfant oublié

 

Il est né par hasard

Un jour de pluie

Le temps d'un regard

Et s'est déjà fini

 

Il est mort avant d'avoir vécu

Là, sur un bout de trottoir

Personne ne l'a vu

Dans l'indifférence et le désespoir

 

C'était un enfant

Parmi des milliers

Tout simplement inexistant

Un enfant oublié

 

Il est né un matin

Dans la neige et le froid

Sans avenir ni destin

Si ce n'est de mourir de froid

 

Son petit corps inanimé

Recouvert d'un blanc manteau

Gelé de la tête aux pieds

Gît dans le caniveau

  

 C'était un enfant

Parmi des milliers

Un peu gênant

Il vaut mieux ne pas y penser

 

La rue est un cimetière

Pour les enfants de l'oublie

Pas de pierre

Ni de cérémonie

 

Personne ne connait leurs noms

Ils n'ont même pas de prénom

N'apparaissent dans aucune statistique

Ni dans nos programmes informatiques

 

Personnages invisibles

Face à nos regards impassibles

Ils ont quitté cette terre

Sans l'ombre d'une prière

 

Les enfants oubliés

Ce ne sont même pas des sans papiers

Ils n'ont tout simplement jamais existé

Ils meurent pourtant par milliers…

Peter Pan...


Inspiré d'une chanson de Tokio Hotel "Vergessene Kinder" ou "Enfants de l'oubli"
Ci-dessous le lien pour lire les paroles de la chanson...
et merci à Miriel pour cette découverte...


http://www.greatsong.net/TRADUCTION-TOKIO-HOTEL,VERGESSENE-KINDER,102281517.html

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 09:55
Il y a quelques temps, j'ai fait la connaissance de Al Maury qui m'a gentiment proposé de mettre ces toiles à disposition pour écrire des poèmes... Nous avons fait un essai et voici ce que cela a donné... C'est un peu différent de ce que j'écris d'habitude... Merci à Al Maury...
http://maury.al.over-blog.fr




Il aurait peut-être été plus sage

Que chacun passe son chemin

Mais tout sur cette plage

Nous invitait à rester jusqu'au matin

 

Le couché du soleil à l'horizon

La douceur de la nuit qui s'offrait à nous

Nos regards qui en disait long

Sur ce désir qui s'été emparé de nous

 

C'est ainsi que deux parfaits inconnus

Se sont allongé sur le sable

Se sont mis à nu

Sans pour autant se sentir coupable

 

Nous avons fait l'amour

Pour la première fois

Jusqu'au petit jour

En sachant que c'était aussi la dernière fois

 

Chacun de nos gestes étaient si intense

Comme si demain n'existait pas

Comme si la mort attendait avec impatience

Que nous ayons fini nos ébats

 

Chacun de nos baisers

Etaient brûlant de désirs

Et nos corps entremêlés

Semblaient être fait pour s'unir

 

Nous avons brisé tous les tabous

Réalisé tous nos fantasmes

Nous sommes allés jusqu'au bout

De tous les orgasmes

 

Cette nuit fut si magique

Que j'en avais oublié

Que sa fin serait tragique

Qu'il fallait se séparé

 

Elle s'en est allée

Comme le soleil disparait

Sans se retourner

Pour conserver le mystère du secret

 

Nous nous sommes aimés si fort

Et pourtant nous ignorons

Jusqu'à nos prénoms

Comment expliquer un sentiment aussi fort

 

Je reviens souvent sur cette plage riche de souvenirs

De cette nuit d'amour

Et chaque vague qui vient y mourir

Me la rappelera pour toujours...


Peter Pan...

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 17:07

Je remercie Sissi du fond du coeur pour cette merveilleuse image...


Je vole portez par le vent

Tout en bas je vois les gens

Ils paraissent aussi petits

Que des fourmis

 

Ils courent dans tous les sens

Mais ça n'a pas de sens

Ils courent comme pour rattrapper le temps

Au lieu de prendre leur temps

 

De tout là-haut

Tout paraît si beau

Que je ne trouve plus les mots

Je me sens comme un oiseau

 

Je n'entends

Plus que le bruit du vent

Il est devenu si violent

A présent

 

J'ai du mal à respirer

L'oxygène commence à manquer

Je savais ce qui allait m'arriver

Avant même de sauter

 

Je revois ma femme et mes enfants

Ils sont tous souriants

Je revois ce chauffard

Et puis c'est le cauchemar

 

Il n'y a rien à regretter

Je m'en vais les retrouver

Il n'y en à plus pour longtemps

Le sol se rapproche rapidement

 

Et juste avant que mon crâne

Ne heurte le trottoir

J'ai prié pour que mon âme

Ne finisse pas au purgatoir...


Peter Pan...


En France, le suicide fait plus de 10'000 morts chaque année et est la première cause de mortalité chez les 35 - 44 ans...
Environ 1'000'000 de personnes par an dans le monde...

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 22:49




Un bouquet de fleur

Sur une pierre où son nom est gravé

Quelques pleures

Et un avenir brisé

 

Ceci est le triste inventaire

De ce qu'il me reste d'elle

Car depuis hier

Il me faut vivre sans elle

 

Elle s'appelait Mélodie

Elle aimait la vie

Elle disait : amoureuse un jour

Amoureuse pour toujours

 

Et puis elle l'a rencontré

Elle lui a tout donné

Sa pureté et son amour

Ses nuits et ses jours

 

Elle disait : c'est le grand amour

ça durera toujours

Il est le premier

Et seul la mort pourra nous séparer

 

Mais le jeune homme a changé

Il n'est plus celui qu'elle avait rencontré

Et puis un soir

Il lui a cassé la mâchoire

 

Elle était malheureuse

Perdue et anxieuse

Il lui dit que ce n'était qu'un accident

Que ça n'arrivera plus dorénavant

 

Mais il continua à la frapper

Je m'en doutais bien

Mais elle n'a jamais voulu me l'avouer

Elle me disait écoute moi bien

 

C'est le grand amour

ça durera toujours

Il est le premier

Et seul la mort pourra nous séparer

 

Un jour il a frappé plus fort

Ce jour-là, il a frappé trop fort

Elle s'est effondrée

Et ne s'est jamais relevée

 

Je ne pourrai jamais me pardonner

De ne pas l'avoir obligé à le quitter

Mais quand elle venait se réfugier chez moi

Elle me disait écoute et tais-toi

 

C'est le grand amour

ça durera toujours

Il est le premier

Et seul la mort pourra nous séparer

 

Peut-être était-ce sa manière

D'appeler à l'aide

De me dire qu'elle vivait un enfer

Et qu'elle avait besoin de mon aide

 

Elle était ce que j'avais de plus cher

Mon seul bien au monde

Après la mort de sa mère

Qui doit se retourner dans sa tombe

 

J'éprouve tant de peine et tant de haine

Dans ses veines

Coulait mon sang

Et elle n'avait que 19 ans...


Peter Pan...


A titre de comparaison...
En 5 ans la guerre en Irak a fait environ 100'000 morts, soit environ 20'000 par année... La violence conjugale fait chaque année plusieurs dizaines de milliers de morts dans le monde... Ne l'oublions jamais...


Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 21:08





Tout commence

Dans l'amour et la souffrance

Tel est le prix

Pour donner la vie

 

Mais dès que l'enfant paraît

La souffrance disparaît

Faisant place à l'amour

Qui envahit toute la pièce à son tour

 

Comme un jardinier

Prends soin de ses fleurs

Elle va s'occuper de son bébé

Et construire son bonheur

 

Jour après jour

L'entourer de son amour

De câlin par milliers

Pour qu'il n'oublie jamais

 

Puis le bébé grandit

Mais que de nuits

A se faire du souci

Pour ce petit

 

Que d'amour et de chaleur

De joie et de frayeur

De bonheur partagé

De sourires et de larmes échangés

 

Etre mère

Est une des plus belle chose sur terre

Mais on ne peut taire

Les sacrifices qu'elle a dû faire

 

Pourtant pour elle

ça semble si naturel

Que parfois les enfants

N'en sont pas vraiment conscient

 

C'est pourquoi chaque année

Au mois de mai

On lui consacre ce jour particulier

Pour la remercier

 

De tout ce qu'elle donné

Pendant toutes ces années

Et pour ce cadeau

Si précieux et si beau


Peter Pan...


Bonne fête à toutes les mamans et futures maman, ainsi qu'à toutes les grands-maman et arrière grands-maman...

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 12:01



Plusieurs siècles de guerre

Mais pour quoi faire

Pour un bout de terre

Et un peu plus de misère

 

 

Combien de villes détruites

Et reconstruites

Sur des flots de larmes amères

Versées par ces millions de mères

 

 

Qui ont perdu tout ce qui leur étaient le plus cher

La chair de leur chair

Leurs enfants, leurs maris, leurs pères

Combien d'orphelins et de prières

 

 

Combien de pays dévastés

D'argent dépensé

De destins brisés

De sangs versés

 

 

Tout cela pour la gloire

De ceux qui veulent graver leurs noms dans l'histoire

Qui ne sont que de sombres crétins

Qui croient que mourir pour eux a quelque chose de divin

 

 

Savez-vous au moins que des gens meurent chaque jour

De n'avoir rien autour

Ni de quoi manger, ni de quoi boire

J'ai peine à y croire

 

 

Etes-vous conscient

Des centaines de milliers de gens

Que vous avez tué à Hiroshima

En quelques secondes, ce jour-là

 

 

Aujourd'hui ces gens se battent sans armes

A coups de larmes

Contre l'héritage que vous leur avez laissé

Qui n'est autre que maladie et difformité

 

 

Alors si vous voulez vraiment versé du sang

Messieurs les puissants

Pourquoi versé celui de pauvres innocents

Allez donc versé votre propre sang...


Peter Pan...




Repost 0
Published by Peter Pan - dans Mes poèmes
commenter cet article