Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'univers d'un poète
  • L'univers d'un poète
  • : Il y a deux choses ici-bas qui ont fait couler plus de larmes que les guerres n'ont fait couler de sang, ce sont les mensonges et les promesses que l'on ne respecte pas...
  • Contact

Pour aider

Pour ceux qui désire agir...

 

Il existe 1000 façons d'agir

- Faire un don

- Mettre un lien

- En parler

- Etc...

 

Les maladies rares

 

 

(Il existe d'autres adresses)

http://www.alliance-maladies-rares.org/article.php3?id_rubrique=219&id_article=87

 

 

 

 

Recherche

L'univers d'un poète...

Vous mes ami(e)s fidèles

Bien que virtuels

Souvent sans âge

Et sans visage

   

Qu'importe que vous soyez virtuels

Pour moi vous êtes bien réels

Et vous êtes précieux

A mes yeux

 

  Vous êtes présent à toute heure

Il me suffit d'allumer mon ordinateur

Pour vous retrouver

Publier, converser et partager

   

Je prends tant de plaisir

A vous lire

Que bien souvent

J'en oublie mes tourments

   

Et quand il m'arrive un malheur

Vous me réchauffez le cœur

Et me tendez la main

Pour tentez d'apaiser mon chagrin

  

Vous êtes comme un rayon de soleil

Comme un arc-en-ciel

Et vos mots chaleureux

Me rendent heureux

 

C'est pourquoi j'aimerais en ce jour

Vous rendre hommage à mon tour

Et vous dire combien vous comptez

Et combien vous m'avez manqués…

Peter Pan...

 

 

 

CE PETIT BOUT D'CHOU VOUS INTERDIT DE QUITTER CE BLOG SANS Y LAISSER UNE TRACE DE VOTRE PASSAGE...

 

Archives

AIDEZ FABRICE !

AIDEZ FABRICE !

Fabrice est un petit garçon de 6 ans atteint d'une maladie rare, la leucodystrophie...

Aujourd'hui, il existe une lueur d'espoir pour ce petit garçon et sa famille, de nouveaux essais clinique sont en cours...

MAIS APPAREMMENT, CETTE CHANCE LUI EST POUR L'INSTANT REFUSE SOUS PRETEXTE QU'IL SERAIT TROP VIEUX DE 4 MOIS !!!

Son père à lancé une pétition, je vous serais reconnaissant de prendre 2 minutes de votre temps pour cliquer sur le lien ci-dessous afin de signer cette pétition...

Parlez-en, mettez un article sur votre blog, contactez vos ami(e)s, etc... 

 

AIDEZ NE COUTE RIEN !

 

www.elfe-asso.fr 
 

Merci du fond du coeur à tous et à toutes...

Peter Pan...

6 octobre 2006 5 06 /10 /octobre /2006 10:17

 

 

Et maintenant que vais-je faire

De tout ce temps que sera ma vie

De tous ces gens qui m'indiffèrent

Maintenant que tu es partie

 

Toutes ces nuits, pourquoi pour qui

Et ce matin qui revient pour rien

Ce cœur qui bat, pour qui, pourquoi

Qui bat trop fort, trop fort

 

Et maintenant que vais-je faire

Vers quel néant glissera ma vie

Tu m'as laissé la terre entière

Mais la terre sans toi c'est petit

 

Vous, mes amis, soyez gentils

Vous savez bien que l'on n'y peut rien

Même Paris crève d'ennui

Toutes ses rues me tuent

 

Et maintenant que vais-je faire

Je vais en rire pour ne plus pleurer

Je vais brûler des nuits entières

Au matin je te haïrai

 

Et puis un soir dans mon miroir

Je verrai bien la fin du chemin

Pas une fleur et pas de pleurs

Au moment de l'adieu

 

Je n'ai vraiment plus rien à faire

Je n'ai vraiment plus rien ...

 

1961

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
6 octobre 2006 5 06 /10 /octobre /2006 10:10

 

 

Il était là, dans ce fauteuil,
Mon spectateur du premier jour,
Comme un père débordant d'orgueil
Pour celui qui prenait son tour,

Il était là, dans ce fauteuil,
Premier témoin de mes faux pas,
Le cœur tremblant comme une feuille,
Croyant que je ne savais pas.

Il était là, sur ma galère,
Lieutenant de la providence
M'envoyant des ondes légères
Comme le ciel de sa Provence,

Il était là, dans ce fauteuil,
Qu'il a loué pour l'éternité
Pour m'applaudir du coin de l'œil
Et de temps en temps rigoler.

Petit, tu m'as fait bien plaisir :
Tu m'as rappelé ton grand-père.
Entre ses larmes et son sourire,
Il n'y avait pas de frontière.

Il était là, dans ce fauteuil,
Quand j'ai fait ma première grimace,
Quand j'ai osé montrer ma gueule
Aux petits copains de ma classe,

Plein de pudeur et d'indulgence
Pour la violence de mes passions,
Pour cette belle intransigeance
Que suivraient tant de concessions.

Il était là, dans ce fauteuil,
Mon spectateur du premier jour,
Comme un père débordant d'orgueil
Pour celui qui prenait son tour,

Dans le halo du projecteur
Il vient s'installer tous les soirs
Comme tout autre spectateur,
Mais je suis le seul à le voir.

Petit, tu m'as fait bien plaisir :
Tu m'as rappelé ton grand-père
Entre ses larmes et son sourire
li n'y avait pas de frontière

Il était là dans ce fauteuil
Où mon fils aîné va s'asseoir
Quatre générations l'accueillent
Et il sait déjà qu'un beau soir

Je serai là dans ce fauteuil
Son spectateur du premier jour
Comme un père débordant d'orgueil
Pour celui qui prendra son tour

Petit tu me feras plaisir
Tu me rappelleras ton grand-père.
Entre ses larmes et son sourire,
Il n'y avait pas de frontière.

1982

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 10:33

 

 

(L'enfant)
Dis papa, elle reviennent bien les marguerites, dis papa
Lorsque le printemps les invite, mon papa
Pourquoi maman elle revient pas?

Tu nous as dis qu'elle était partie en voyage mon papa
Et j'ai pourtant été bien sage mon papa
Alors pourquoi elle revient pas ?

Dis papa pourquoi que les petites filles
Autour de moi
Mon papa ont toutes une maman jolie
Et pas moi... pas moi?

(Le père)
Ecoute-moi... D'abord tu étais si petite mon bébé
Et puis elle est partie si vite mon bébé
Alors comment te l'expliquer

Et puis tu sais le monde est si plein de mystères mon enfant,
Que même les grands sur cette terre, même les grands,
Oui ne comprennent pas souvent

Mais crois-moi, nous resterons toujours ensemble toi et moi
Oui crois-moi, même si j'ai la voix qui tremble
C'est le froid... Le froid

(L'enfant)
Mais papa, tu vois bien que les marguerites, mon papa
Elles sont revenues bien vite mon papa
Alors maman elle reviendra

(Le père)
Peut-être bien, si nous y croyons fort sans doute, peut-être bien
qu'un jour au détour de la route, du chemin
... Peut-être on la retrouvera

1972

 

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 10:30

 

 

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m'en vais déserter

Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers
Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir
S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer

1954

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
4 octobre 2006 3 04 /10 /octobre /2006 08:38

 

 

Un grand amour c'est de ne plus avoir vingt ans
Et d'accepter les rides que donne le temps
C'est un corps nu qu'on reconnaît du bout des mains
Comme une rose qui renaîtrait mille matins.
C'est un bateau qui s'en va seul dessus la mer
Chercher au loin le port tranquille de son hiver
Un grand amour c'est une église qu'il faut bâtir
Pour y cacher les évangiles du souvenir.

Un grand amour c'est de pleurer quand on est seul
En condamnant la porte froide de l'orgueil
C'est d'oublier les bras tenus dans d'autres bras
C'est revenir et savoir faire le premier pas.
Un grand amour c'est la souffrance que l'on partage
Et l'espérance de chaque instant sur un visage
C'est de savoir qu'un lendemain ne peut venir
En restant là pour le meilleur et jusqu'au pire.


1975

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
4 octobre 2006 3 04 /10 /octobre /2006 08:34

 

 

Toi mon enfant tu vas grandir
Loin de chez nous tu vas partir
Ton aurevoir, des larmes aux yeux
Ca voudra dire sans doute adieu

Ne dis pas non toi mon petit
Tu vas partir pour faire ta vie
Chercher l'amour et le trouver
Tu vas sûrement nous oublier

Oh non mon père ne dis pas ça
Je vais écrire, tu verras
Au bout du monde où que je sois
Je ne vous oublierai pas
Quoi qu'il arrive

Oh mon enfant ta mère et moi
Nous vieillirons très vite sans toi
Nous revivrons, mais en silence
Tous les printemps de ton enfance

Tu comprendras ce que je dis
Beaucoup plus tard toi mon petit
Quand les enfants que tu auras
te quitteront, tu comprendras

Oh non mon père ne dis pas ça
Je partirai mais crois moi
Toute ma vie ma mère et toi
Je ne vous oublierai pas
Quoi qu'il arrive

Toi mon enfant tu vas grandir
Loin de chez nous tu vas partir
Ton aurevoir, des larmes aux yeux
Ca voudra dire sans doute adieu

Mais si plus tard on ne sait pas
Un jour pour toi plus rien ne va
Si tu es seul, écoute moi
Reviens chez nous, reviens chez toi
Reviens chez nous, reviens chez toi

 

1974

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 10:15

 

 

On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y'en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas

On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l'histoire
Et s'en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n'en est pas question
Non, non, non, non
Il n'en est pas question

Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment

Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l'amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L'amour ne serait rien
Non, non, non, non
L'amour ne serait rien

Un enfant vous embrasse
Parce qu'on le rend heureux
Tous nos chagrins s'effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu...
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l'amour
Règne l'amour
Jusqu'à la fin des jours

1963

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 09:58

 

(Marie Laforêt)
Hier soir, dans la cuisine,
je préparais le dîner, quand mon petit garçon est entré.
Il m'a tendu un morceau de papier griffonné.
J'ai essuyé mes mains sur mon tablier,
et je l'ai lu. Et voici ce qu'il disait :

(L'enfant)
Pour avoir fait mon lit toute la semaine 3 francs
Pour avoir été aux commissions 1 franc
Pour avoir surveillé le bébé pendant que toi tu allais aux commissions 1 franc 25
Pour avoir descendu la corbeille à papiers 75 centimes
Pour avoir remonté la corbeille à papiers 1 franc et 10 centimes
Pour avoir arrosé les fleurs sur le balcon 25 centimes
Total 9 francs et 85 centimes.

(Marie Laforêt)
Je l'ai regardé, il se tortillait en mâchant son crayon
et une foule de souvenirs sont revenus à ma mémoire.
Alors j'ai repris son crayon, j'ai retourné la feuille et voilà ce que j'ai écrit :

(Marie Laforêt)
Pour neuf mois de patience et douze heures de souffrance
CADEAU
Pour tant de nuits de veille, surveillant ton sommeil
CADEAU
Pour les tours de manège, les jouets, le collège
CADEAU
Et quand on fait le tour, le total de mon amour,
C'est CADEAU

Quand il a eu fini de lire, il avait un gros chagrin dans les yeux.
Il a levé la tête et a dit :

"M'Man, je t'aime très beaucoup" (enfant)

Il a repris son papier, l'a retourné, et en grosses, grosses lettres,
a marqué :

"CADEAU"

Et quand on fait le tour, le total de l'amour,
C'est CADEAU, C'est CADEAU

1974

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 15:15

 

C'était un gamin, un gosse de Paris,
Pour famille il n'avait qu' sa mère
Une pauvre fille aux grands yeux rougis,
Par les chagrins et la misère
Elle aimait les fleurs, les roses surtout,
Et le cher bambin tous les dimanche
Lui apportait de belles roses blanches,
Au lieu d'acheter des joujoux
La câlinant bien tendrement,
Il disait en les lui donnant :

"C'est aujourd'hui dimanche, tiens ma jolie maman
Voici des roses blanches, toi qui les aime tant
Va quand je serai grand, j'achèterai au marchand
Toutes ses roses blanches, pour toi jolie maman"

Au printemps dernier, le destin brutal,
Vint frapper la blonde ouvrière
Elle tomba malade et pour l'hôpital,
Le gamin vit partir sa mère
Un matin d'avril parmi les promeneurs
N'ayant plus un sous dans sa poche
Sur un marché tout tremblant le pauvre mioche,
Furtivement vola des fleurs
La marchande l'ayant surpris,
En baissant la tête, il lui dit :

"C'est aujourd'hui dimanche et j'allais voir maman
J'ai pris ces roses blanches elle les aime tant
Sur son petit lit blanc, là-bas elle m'attend
J'ai pris ces roses blanches, pour ma jolie maman"

La marchande émue, doucement lui dit,
"Emporte-les je te les donne"
Elle l'embrassa et l'enfant partit,
Tout rayonnant qu'on le pardonne
Puis à l'hôpital il vint en courant,
Pour offrir les fleurs à sa mère
Mais en le voyant, une infirmière,
Tout bas lui dit "Tu n'as plus de maman"
Et le gamin s'agenouillant dit,
Devant le petit lit blanc :

"C'est aujourd'hui dimanche, tiens ma jolie maman
Voici des roses blanches, toi qui les aimais tant
Et quand tu t'en iras, au grand jardin là-bas
Toutes ces roses blanches, tu les emporteras"

1926

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 14:40

 

Le premier pas,
J'aim'rais qu'elle fasse le premier pas.
Je sais que cela ne se fait pas.
Pourtant j'aim'rais
Que ce soit elle qui vienne à moi,
Car, voyez vous, je n'ose pas
Rechercher la manière
De la voir, de lui plaire,
L'approcher, lui parler,
Et ne pas la brusquer,
Lui dire des mots d'amour
Sans savoir en retour
Si elle m'aimera
Ou refusera ce premier pas.


Le premier pas,
J'aim'rais qu'elle fasse le premier pas.
On peut s'attendre longtemps comme ça.
On peut rester
Des années à se contempler
Et vivre chacun de son coté.
Je la rencontrerais
Au bas de l'escalier,
Puis, comme tous les jours,
Elle me dira : "Bonjour".
Seulement cette fois,
Elle me prendra le bras,
Me conduira dans sa maison
Ou nous ferons



Le premier pas d'amour,
Dans son lit, jour après jour.
Elle me dévoilera son corps,
Me donnera tous les remords
De n'avoir pas dit plus tot le premier mot.
Le premier mot,
J'aim'rais qu'elle dise le premier mot.
La nuit j'en rêve et c'est idiot.
Si elle voulait
Seulement me faire signe tout bas,
Alors je ferais je crois
Le premier pas.

1973

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Paroles de chanson
commenter cet article